• Face aux juges ; ce que tous les honnêtes gens doivent savoir

    Daniel Soulez Larivière

    Parution : 2 Janvier 2017 - Entrée pnb : 29 Décembre 2016

    Tout commence par un coup de fil ou une lettre recommandée. Vous êtes convoqué par la justice. N'ayant rien à vous reprocher, vous accomplissez votre devoir de citoyen, sans penser à prendre conseil auprès d'un avocat. Mais, face à l'officier de police judiciaire, vous devenez malgré vous un accusé. C'est le début du cauchemar...
    Cette première confrontation renvoie à un imaginaire souvent enraciné dans l'enfance, où la peur se mêle de culpabilité, et qui détermine nos comportements. Pour y faire face, il est indispensable de prendre du recul et de comprendre ce qui se joue. Fort de son expérience, l'avocat Daniel Soulez Larivière livre ici quelques règles de prudence ainsi qu'un mode d'emploi de l'appareil judiciaire aussi pertinent qu'unique en son genre.

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les juges dans la balance

    Daniel Soulez-Larivière

    Parution : 1 Janvier 1987 - Entrée pnb : 4 Juillet 2019

    Près de six mille personnes rendent la justice au nom du peuple français. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Souvent repérés par des bavures et leurs tenues désuètes, les juges restent inconnus. Ce livre éclaire la face cachée de la magistrature. Jadis triomphante, au sommet de l'État, passerait-elle aujourd'hui, après deux siècles d'avanies, pour un petit métier exercé par des petites gens ? Au moment où le rôle de l'État, du droit et de l'autorité judiciaire est remis en question, Daniel Soulez Larivière explore ce monde clos, hiérarchisé comme une armée, et qui inquiète puissants et modestes citoyens. Il a effectué un sondage sans précédent auprès de deux promotions de l'École de la magistrature, rencontré une centaine de juges, « petits » ou « grands », s'est transporté outre-Atlantique pour écouter leurs collègues américains. Il démonte la mécanique implacable de l'avancement et des carrières, analyse l'explosion du Syndicat de la magistrature et la féminisation foudroyante de cette profession peu ordinaire. Dénonçant les idées reçues, il reconstitue l'histoire, les perspectives et les chances de ce « corps » mal dans sa peau et largement réfractaire au changement. Au-delà du simple constat, il avance une stratégie et des moyens susceptibles de procurer un deuxième souffle au troisième pouvoir.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Christian Ranucci a été guillotiné le 28 juillet 1976. Il avait vingt-deux ans. Il n'avait cessé, lors de son procès en Cour d'assises, d'affirmer son innocence. Ses derniers mots, avant qu'il soit livré au bourreau, furent à l'adresse de ses avocats : « Réhabilitez-moi. » Ses dernières lettres à sa mère criaient son innocence, lui demandant de poursuivre jusqu'au bout la révision de l'injuste condamnation qui l'envoyait à la mort. Ce combat fut conduit pendant près de vingt ans. En vain. Innocent, Christian Ranucci ? Sans doute. Mais déclaré coupable au bénéfice du doute, Ranucci a été condamné et guillotiné parce qu'il fallait qu'il le fût. Il fut d'abord suspect, puis présumé coupable, puis coupable à tout prix, puis mis à mort parce que l'opinion publique et l'exemple l'exigeaient. Christian Ranucci a tragiquement résumé sa vie, constatant avant de mourir qu'à la loterie de la vie il avait « tiré le gros lot du malheur ». Mais au-delà de ce destin terrible, l'affaire Ranucci illustre, de manière exemplaire, les mécanismes qui conduisent à l'erreur judiciaire, qui font un suspect, qui font un coupable et qui envoient des innocents à la prison ou à la mort. À quoi sert-il de mener ce combat, de travailler à ce qu'un jour peut-être l'injuste condamnation soit enfin révisée ? Ranucci a été guillotiné. Nulle réparation n'est possible. Sa maman mourra, ayant vécu son calvaire, sans avoir entendu proclamer la vérité. Pourtant ce combat sera poursuivi. Parce qu'avant de monter à l'échafaud Christian Ranucci l'a demandé. Parce qu'il n'est pas possible de se résoudre à l'injustice. Et parce que l'affaire Ranucci porte exemple, et que la lutte est celle de tous ceux qu'a broyés l'erreur.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Dans l'engrenage de la justice

    Daniel Soulez Larivière

    Parution : 28 Avril 1998 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    Qui est le justiciable, cet être multiforme et indéfinissable ? Chacun de nous en vérité. C'est ce que démontre l'avocat Daniel Soulez Larivière au fil de quatre récits exemplaires qui, pour au moins trois de ces affaires, pourraient être le lot de n'importe qui.
    De la crise psychologique générée par une mise en examen avec détention provisoire à la procédure de divorce et au deuil inopiné provoqué par un accident, c'est à chaque fois la confrontation inattendue du citoyen et d'un engrenage judiciaire dont il ignore la logique et les rouages que Daniel Soulez Larivière met en scène avec la compétence du juriste et la plume du romancier.
    Essayiste reconnu, partie prenante dans les grands débats contemporains autour de l'institution judiciaire, Daniel Soulez Larivière se révèle, dans ce nouvel exercice, non seulement un vulgarisateur de talent mais surtout un moraliste, réfléchissant sur le sens du recours à la justice de plus en plus fréquent dans notre société.

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe

    1 autre édition :

  • Lettres a un jeune avocat

    Daniel Soulez-Lariviere

    Parution : 31 Décembre 1998 - Entrée pnb : 17 Décembre 2015

    Qu'en est-il vraiment de la profession d'avocat derrière les clichés de « retors », de « marron » ou de défenseur de la veuve et de l'orphelin ? Que peut l'avocat, quelles sont les limites de son action et de sa fonction sociale ? À travers ces lettres à un jeune confrère, Daniel Soulez Larivière, défenseur de causes célèbres et inconnues depuis trente ans, analyse l'évolution du barreau, nous éclaire sur les rapports des avocats avec le juge, les médias, l'argent et la concurrence. Et il passe en revue l'actualité américaine avec le psychodrame Clinton Lewinsky et les « affaires » françaises pour expliquer la transformation du rôle de la défense appelé à se développer dans la société de demain. Ces Lettres à un jeune avocat offrent un tableau saisissant d'un métier qui montre aussi une France en pleine révolution donnant enfin sa place à la justice et où, bien loin de ce qu'elle était quand il créa le mot, « l'avocature » a une fonction essentielle.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty