Gerard Maarek

  • Le Capital est-il un livre de science économique ? Pour renouveler cette question, Gérard Maarek entreprend de soumettre le texte de Karl Marx à l'épreuve logique de la formalisation mathématique. Cette lecture du Capital, au moyen des concepts de l'économie mathématique contemporaine, fournit le point de départ d'une confrontation inédite, entre la théorie économique de Marx, et la pensée néo-classique aujourd'hui dominante. Cette investigation conduit à réinterpréter l'apport de Marx à la science économique, de façon radicalement différente de celle à laquelle nous sommes accoutumés. Marx se présente, en effet, comme un théoricien de l'équilibre, dont les Schémas de la reproduction, simples et élargis, constituent la première problématique complète. Il apparaît également comme l'initiateur de l'analyse des conflits, c'est-à-dire l'ancêtre lointain de la théorie économique des jeux, à travers sa formulation de l'exploitation sociale. Une telle présentation, qui met systématiquement l'accent sur les éléments de continuité de la pensée de Marx, par rapport à la science économique contemporaine, irritera sans doute tous ceux qui cherchent, au contraire, dans la critique de l'économie politique, les éléments de rupture. Elle fournit, en tout cas, un témoignage original de l'actualité du Capital.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La décennie 90 s'est ouverte, en France, sur un changement brutal des comportements. Aux « années de strass », ont succédé les « années de cendres », caractérisées par un recul du désir d'entreprendre et une course à la sécurité financière. Les structures patrimoniales sont brutalement apparues inadéquates aux acteurs du secteur privé : trop d'actifs réels faiblement productifs, trop d'un endettement coûteux, un matelas d'épargne à épaissir. D'où des tendances à la baisse du prix de ces actifs réels, au sous-investissement, à l'appréciation du change, à l'élargissement du solde extérieur, à l'érosion des marges bénéficiaires, à la contraction de la production et des effectifs employés. Cette crise conjoncturelle, d'une durée exceptionnelle, est venue aggraver le chômage endémique qui sévit depuis vingt-cinq ans. L'enlisement désigne précisément une situation dans laquelle l'action publique ne parvient pas à extraire l'économie des sables mouvants où elle s'enfonce. Ce livre a pour ambition de démonter les mécanismes qui sont à l'origine de cette contre-performance et de délimiter le cercle des réalités dans lequel devront s'inscrire les politiques efficaces de l'avenir...

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Impôts. le grand désordre

    ,

    Parution : 1 Juillet 2020 - Entrée pnb : 10 Juin 2020

    Après avoir dressé un panorama du paysage fiscal français, l'ouvrage propose d'ordonner la fiscalité selon une logique économique afin de faire apparaître le partage entre les catégories sociales. Ainsi, la priorité est donnée à son « incidence », c'est-à-dire à la recherche de ceux qui portent le poids de l'impôt. L'ouvrage analyse ensuite l'efficacité des politiques fiscales à l'aune de quatre exemples (le CICE, le Crédit impôt recherche, la fiscalité du logement et la fiscalité écologique) et constate un effet d'incitation systématiqument lent et surestimé. La coopération entre les nations est devenue indispensable dans un monde où la digitalisation de l'économie et la mobilité des individus érodent la capacité à collecter l'impôt. Le souci de redistribution implique de définir un objectif de justice fiscale explicite : celui du philosophe John Rawls, en s'attaquant d'abord à la pauvreté, semble le mieux susceptible de ménager liberté et équité. Pour échapper à ce qui semble un inextricable ensemble de contraintes, il faut également sortir des sentiers battus et développer des financements et des modes d'organisation alternatifs susceptibles de réduire la taille du secteur public, une coopération élargie entre les secteurs public, privé et associatif, et respecter des principes de l'impôt, énoncés à la fin de l'ouvrage.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Paris, 1939-1945

    Gérard Le Marec; Suzanne Zwang

    Parution : 24 Novembre 2017 - Entrée pnb : 13 Mars 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le premier volet de cet ouvrage était consacré à toutes les organisations, civiles et militaires, relevant directement de l'État français. En zone occupée - dite zone Nord, à partir de 1943 - l'ensemble de la vie politique est soumis au bon vouloir de l'occupant. Durant quatre années, les Allemands préféreront voir se multiplier les groupements et leurs mouvements de jeunesse plutôt que d'encourager le parti unique dont rêve chacun des Chefs, au lendemain de la disparition de la IIIe République. D'où la multiplicité d'organisations dont les effectifs ne seront jamais en rapport avec les prétentions des « frères ennemis ». Tous portent uniformes et insignes. Parfois des armes, car le « collabo » en uniforme est bien souvent l'homme à abattre. « Collaborationnistes », ils ne le furent pas tous. La défaite de la France a également encouragé les mouvements centrifuges et au régionalisme a parfois fait place l'autonomisme. En Alsace et Moselle, annexées par le IIIe Reich, ont existé des mouvements passerelles qui préludaient à l'entrée dans le parti national-socialiste. Les traces de cet ensemble complexe avaient été bien souvent perdues et l'histoire négligée. Une fois encore, Pierre-Philippe Lambert et Gérard Le Marec se sont attachés à les analyser dans ce « précis » où seules sont retenues les structures et non pas les motivations.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty